J'attends le bus. Une maman me demande des précisions sur l'arrivée du bus. Son mari et ses 3 enfants sont proches d'elle. Je pressens qu'ils peuvent être Syriens... En tous cas des migrants.

Ils ne compostent pas de ticket.

Lors d'un arrêt, des contrôleurs montent. Je vois le papa blanchir. Le mari et la femme présentent des cartes (de réfugiés). Comment vont-ils payer ? Mon coeur se serre. Je glisse 30 euros à la dame.

Puis, un des contrôleurs me dit : "ah non, pas autant, ça fait 8 euros". Et d'autorité, il reprend 20 euros à la dame et me les redonne !

"Mon chef a dit qu'ils ne paieraient que le prix des tickets. C'est bien d'être solidaire mais quand même".

Je bredouille :  je croyais qu'ils allaient payer une amende...

Ces contrôleurs ont été humains.

Chaque membre de la famille me remercie. Je leur souhaite "bonne année"